f v
^

Olivier WEBER

Le digne héritier de Joseph Kessel

olivier-weber-portrait1

Ecrivain–voyageur et grand reporter. Après des études d’anthropologie et d’économie, Olivier Weber part en Californie sur les traces de Jack London puis se lance dans le reportage, aux États-Unis, en Afrique et au Moyen-Orient. Il a couvert plusieurs conflits, dont la guerre en Afghanistan, le massacre de Tian An Men à Pékin, le Kurdistan, l’Érythrée, le Cambodge, le Sud-Soudan, l’Irak, le Sahara Occidental, la Tchétchénie, l’Algérie, les insurrections de Birmanie, etc. Spécialiste des guérillas après avoir séjourné avec une vingtaine de mouvements armés, il a obtenu le prix Albert Londres, le prix Lazareff, le prix Mumm, le prix Joseph Kessel, le prix de l’Aventure, le prix spécial des Correspondants de guerre, le Trophée de l’Aventure et fut lauréat de la Fondation Journaliste Demain. Il a également obtenu la bourse « Missions Ecrivains Stendhal » en 2005 pour un roman. Il a notamment publié : « Voyage au pays de toutes les Russies », « French Doctors », « La Route de la drogue », « Le Faucon afghan », « Le Grand Festin de l’Orient », « Je suis de nulle part », « La Bataille des anges » et « La Mort blanche ». Il a réalisé et écrit une dizaine de documentaires pour Arte, Canal Plus, Voyage, France 5 et France 2, dont « L’Opium des Talibans » et « Sur la Route du Gange », qui ont obtenu plusieurs prix internationaux. Son dernier documentaire, « La Fièvre de l’or », sur la déforestation et les trafics en Amazonie, est sorti au cinéma. Président du prix Joseph Kessel, il est aussi directeur de la collection « Écrivains Voyageurs » et maître de conférences à Sciences Po. En 2008, il a été nommé ambassadeur itinérant, chargé de la lutte contre la criminalité organisée. Ses romans et récits de voyage ont été traduits en une dizaine de langues.


Sa plus belle expérience

« Les moments d’intimité passés aux côtés du commandant Massoud en Afghanistan. Au-delà du personnage historique, c’était un être d’une incroyable puissance spirituelle »

Terre d’écrivain

Plongez-vous dans la lecture d’un roman d’Olivier Weber. Imaginez tout: les personnages, les paysages, la lumière, les odeurs, les bruits…

Puis, partez avec l’auteur à la rencontre de ces personnages, découvrez ces paysages, regardez ces lumières, sentez ces odeurs, écoutez ces bruits. Soyez au coeur de l’action littéraire!

Olivier-Weber_Roman_J'aurai-de-l'or Sur les traces des chercheurs d’or

Olivier Weber s’est enfoncé sur la piste des chercheurs d’or en Amazonie. II choisit alors de se perdre au cœur du nouvel Eldorado, entre le Brésil, le Surinam et la Guyane française. Dans ces villages clandestins qui ressemblent à ceux du Far-West, avec bars, bordels et églises évangéliques, il n’y a pas de shérif et les gendarmes s’aventurent rarement car, au sein de cette forêt sans frontières fréquentée par des milliers d’orpailleurs mais aussi des trafiquants, des prostituées et des parrains mafieux, tout se paie en or, même les femmes. Et pour une grosse pépite, pour le cri de Rimbaud « J’aurai de l’or », un homme peut tuer son voisin. II prépare aussi sa propre destruction en massacrant les arbres de ce poumon de la planète et en polluant les fleuves avec le mercure nécessaire à l’amalgame de l’or. Certaines peuplades amérindiennes sont dès lors vouées à une disparition prochaine dans ce qui reste pourtant l’un des derniers paradis. Un cycle maudit qui alimente le trafic du métal précieux vers les bijouteries des pays industrialisés et les coffres des banques centrales. Cet Eldorado est devenu l’un des pires théâtres de la mondialisation. À la fois récit de voyage, exploration subtile du mythe de l’or dans la littérature et dans l’histoire, violent réquisitoire contre la pègre de la forêt, J’aurai de l’or est une inquiétante remontée au cœur de nouvelles ténèbres.


Olivier-Weber_Sur-les-routes-de-la-soieMarcher jusqu’aux frontières de la Perse

De Venise au fin fond de la Chine, les routes de la Soie demeurent plus que jamais un axe mythique. Un chemin initiatique sur lequel l’Orient et l’Occident ont échangé des biens et des idées pendant des siècles. Aujourd’hui, l’esprit de cette route perdure dans les oasis et les caravansérails, dans les villes qui s’étalent de la vieille Europe à l’Asie profonde. Cet esprit d’hospitalité, de concorde, d’échange entre les hommes, et donc d’ouverture à l’Autre, se retrouve dans les paysages, dans les patrimoines, dans les trésors qui se cachent le long de la route de négoce et d’invention, d’Istanbul à Xian, de Konya à Samarcande, de Bakou à Bamyan où les bouddhas détruits semblent encore respirer de leur sagesse. Autant de messages de tolérance, autant d’oasis de la pensée. Dans ces temps troubles de civilisations en rupture, la route de la Soie – l’anti-route des croisades -plaide au contraire pour un rapprochement. Une route qui nous renvoie aussi à nos origines et à la nostalgie du nomadisme. Ce livre, qui mélange l’histoire et le temps présent, est une plongée dans le mythe en même temps qu’une invitation au voyage.


Olivier-Weber_Roman_La-Mort-Blanche

Approcher les narcotraficants du Triangle d’Or

Albane, une jeune humanitaire française, a disparu en Afghanistan dans la vallée de Jurm, le royaume de l’opium. De Paris à Kaboul, de San Francisco à Monte-Carlo, de l’île de Rhodes à Karachi, Jonathan remonte la piste de la poudre pour retrouver cette femme qu’il n’a pas su retenir et qui s’est perdue elle-même en voulant sauver l’humanité tout entière. Confronté à la cupidité des multinationales, à un monde d’intrigues et de complots, il va livrer un combat désespéré contre les maîtres du narcotrafic. Inspiré de faits réels, ce roman nous emmène au cœur des ténèbres, là où règne le mal absolu qui ravage l’Occident depuis des décennies.


Olivier-Weber_Roman_Kessel-le-nomade-éternel

Mettre ses pas dans ceux de Joseph Kessel

Les sentiments en bataille qui parcourent les livres de Joseph Kessel ne sont que le reflet d’une âme chavirée, mais qui demeure d’abord un coeur pur, où l’amitié des hommes compte autant que le goût du baroud. Plus que reporter au long cours, chantre de la grandeur humaine, il fut chroniqueur du monde, dans le fracas des guerres et le tourment des sentiments. Conteur des steppes, Jef, ainsi que le surnomment ses amis, reste un témoin parmi les hommes, un marcheur dans le siècle traversé avec passion, un chantre de la souffrance et du bonheur des êtres, quels qu’ils soient.  » En brossant le portrait d’un personnage mythique, Olivier Weber nous emmène en voyage à travers tous les paysages qui ont marqué l’immense écrivain.

(Ecoutez cette biographie de Joseph Kessel par Olivier Weber sur France Culture)

France-Culture


Olivier-Weber_Roman_Conrad-le-voyageur-de-l'InquiétudeEn chemin avec Conrad

Ce livre est une promenade littéraire pour rendre hommage à Conrad, et surtout pour régler ma dette envers l’illustre voyageur. De belles biographies existent, mais il me semblait qu’il manquait une lucarne dans le bateau Conrad, celle qui ouvre sur son inquiétude, ses affres puisées ou détruites dans le mouvement de ses escapades maritimes, et le mouvement, intemporel, de l’âme, décrit par la plume. Une somme de tourments qui ont mené Conrad des ports plus ou moins bien fréquentés, des rixes de ponts, des tempêtes de l’Atlantique et des avanies de mers chaudes jusqu’à l’écritoire, ce lieu d’autres ouragans où guettent à la fois la rédemption et le naufrage.


Olivier-Weber_Roman_Je-suis-de-nulle-partSur les traces d’Ella Maillart

Voyageuse intrépide en son temps, mythique aujourd’hui, Ella Maillart (1903-1997) fut bien cette «femme du globe» dont parlait Paul Valéry. Née à Genève dans un milieu aisé, elle ne rêvait que de fuir une Europe égoïste. A peine sortie de l’adolescence elle s’en va. Sur mer, d’abord, puis à travers les steppes et les monts d’Asie centrale, à la recherche des nomades. Elle ira traîner son regard d’azur en Chine, en Afghanistan, en Inde, traversant maintes contrées dangereuses avec une ténacité qui n’a rien à envier à celle d’Alexandra David-Néel. Mais son goût de l’aventure n’est que de façade : ce qui lui importe, c’est la rencontre de l’autre, sous une yourte kirghize comme au pied des bouddhas de Bamyan, pour mieux se découvrir soi-même.


Terre d’espoir

Partez à la rencontre de ceux qui ont besoin d’aide. Guidé par Olivier Weber, vous choisirez une destination et une ONG qu’il connaît bien et avec laquelle il a déjà travaillé. Vous vivrez un engagement total sur le terrain avec les principaux acteurs. Vous serez au coeur de l’action humanitaire!

Olivier-Weber_Roman_French-DoctorsUn homme de terrain

Pour son livre French Doctors : les 25 ans d’épopée de la médecine humanitaire, Olivier Weber a parcouru le monde pendant trois ans, visitant une quinzaine de pays et réalisant environ deux cents entretiens. Il a participé à différentes missions humanitaires en Asie centrale et en Afghanistan, notamment dans la vallée du Panchir du commandant Massoud à la veille des attentats du 11 septembre 2001 et auprès des femmes afghanes avec l’association Bactriane.

Blessé à son retour d’un séjour avec la guérilla au Sri Lanka, il organise pendant sa convalescence un colloque international avec l’Unesco sur les Bouddhas de Bâmiyân, qui rassemble à Paris experts français, afghans, américains, iraniens, japonais et italiens.

Écrivain engagé, Olivier Weber s’est passionné très tôt pour les causes perdues et les peuples premiers. Il a notamment défendu la résistance du Soudan du Sud, en butte au régime de Khartoum, et dénoncé l’esclavage des enfants soudanais.

Il a participé aux opérations de sauvetage des boat people, les réfugiés vietnamiens, en mer de Chine en 1987 avec l’académicien et écrivain Jean-François Deniau et des volontaires de Médecins du monde, à bord du cargo Mary.

Il a soutenu les Amérindiens dans leur lutte contre les trafiquants d’or, de drogues et d’armes, et a mis en exergue au retour de l’expédition Amazonia, parrainée par l’Unicef, les liens entre pègre sud-américaine et trafiquants d’êtres humains.

À la suite d’une expédition avec l’une des guérillas birmanes, il a pu rencontrer secrètement à Rangoon la dirigeante de l’opposition Aung San Suu Kyi.

Il a aussi dénoncé l’impunité du mouvement des Khmers rouges dans les montagnes de l’Ouest du Cambodge, après avoir rencontré dans les maquis les dirigeants du mouvement Ieng Sary et Khieu Samphân, tous deux anciens adjoints de Pol Pot.

De 2003 à 2006, il est membre du COAHU (Conseil d’orientation de l’action humanitaire d’urgence) qui siège au ministère des Affaires étrangères et regroupe représentants de différents ministères (Quai d’Orsay, Intérieur, Défense), responsables d’ONG et experts du monde humanitaire.

Organisateur du colloque « Les Humanitaires en danger » à l’Institut d’études politiques en décembre 2006, il collabore avec Rony Brauman au livre Critique de la raison humanitaire, un ouvrage de référence sur les nouvelles orientations de l’action humanitaire sur la scène internationale.

Il monte une expédition en Amazonie et s’aventure sur la piste des chercheurs d’or pour dénoncer la déforestation et la destruction de la culture amérindienne. Il en rapporte un livre, J’aurai de l’or, un film, La Fièvre de l’or, sorti au cinéma, et obtient le Trophée de l’aventure.

Il est devenu administrateur d’AMI (Aide médicale internationale) en 2005 puis vice-président à partir de 2006.

En mai 2009, il remet le prix Joseph Kessel à l’écrivain et membre de l’Académie française Erik Orsenna pour son combat en faveur de l’eau et son dernier ouvrage.


Partir!