f
^

Welbeck College

Sommet “Vanina” au Kirghizistan

Sommet4

WelbeckCrest

En 2008, Pierre Muller a eu l’occasion d’accompagner un groupe de 14 jeunes britanniques au Kirghizistan, pour une expédition qui avait pour ambitieux projet de gravir un sommet vierge avec de jeunes alpinistes débutants.

Il s’agissait d’un stage de fin d’étude pour les élèves d’une école privée, le collège Wellbeck, qui les destinait à intégrer une école d’officier de l’armée Britannique.

Voici son récit:

“J’ai été contacté par une agence de voyage anglaise qui avait la charge d’organiser pour cette école ce “voyage” de fin d’étude. Comme guide de haute montagne et en raison de mes compétence de médecin urgentiste, je devais naturellement me charger de l’aspect technique et de la sécurité de l’expédition..

Le groupe de 13 jeunes élèves était rassemblé autour de 2 professeurs de l’école, tout les deux initiateurs d’alpinisme. Pour la logistique, nous avons fait appel à une agence de Bichkek.

L’équipe locale était composé d’un “aspirant” guide Russe, d’une cuisinière et de deux chauffeurs.Ce travail à été parfaitement orchestré, la logistique a été irréprochable.

Il faut dire que la cuisinière était régulièrement épaulée par un tour de corvée des étudiants et du staff, bien organisé à la manière anglaise.

 Pour réaliser notre objectif, nous avions choisit le massif du Tienshan dans sa partie méridionale à hauteur de At Bashi, pas très loin du col du Torugart, point de passage vers la Chine, et le pays Ouïgour.

J’avais pris un peu d’avance sur le groupe pour reconnaitre les lieux et choisir un emplacement idéal pour établir un camp de base accessible en véhicules tout terrains que nous allions occuper tout le mois.

Le site, superbe a fait l’unanimité. Situé au pied de la chaine du Tienshan dans un pré verdoyant proche d’un cours d’eau et pas très loin des estives de bergers Kirghizes.

Nous avons aménagé un petit site d’escalade sur blocs, proche des tentes, il nous permettait de tester les aptitudes de chacun à l’escalade. Les glaciers, à une journée

de marche, donnaient accès à de beaux objectifs de difficultés raisonnables pour notre groupe.

Campement1

La plus part de nos stagiaires n’avaient jamais pratiqué l’alpinisme, certain d’entres eux pratiquaient l’escalade, tous étaient sportifs. Il a fallu progressivement les initié aux techniques du cramponnage. Lors d’une reconnaissance nous avions trouvé un glacier a une journée de marche de notre camps de base qui présentait le profil idéal pour ces exercices et pour organiser des ateliers (technique de cramponnage, technique de sauvetage en crevasses, encadrements etc..), au camps de base nous pratiquions l’escalade.

Au fils des jours pour parfaire notre préparation physique et notre acclimatation nous avons gravi des sommets aux alentours dont le “peak Wellbeck” innominé sur la carte et probablement resté vierge.

Tout au long de notre séjour l’équipe à fait preuve d’une admirable cohésion, et un esprit c’est dégagé canalisant toutes les énergies vers l’objectif de gravir un sommet vierge et neigeux.

Rapidement au cours de nos excursions en haute montagne nous avons repéré un objectif de choix, un sommet d’environ 4800 mètres d’altitude atteignable depuis un camp de base avancé. Les étudiants enthousiastes et motivés redoublaient d’efforts pour parfaire leurs techniques, compléter leur acclimatation, et mettre en place une stratégie pour une ascension de notre sommet vierge.

Sommet2

La montagne a été parfaitement reconnu sous tout ces angles, les étudiants en on tracé une carte sommaire pour pouvoir envisager un itinéraire le plus exempt de dangers objectifs possible.

Profitant d’une belle fenêtre météo l’ensemble de l’équipe se met en route vers le pied du glacier pour y établir un camp de base avancé. L’équipe est prête et s’est organisé en répartissant les cordées en fonction du niveau et de la condition physique des uns et des autres.

Au petit matin nous nous mettons en route nous franchissons lentement le premier ressaut du glacier, les crevasses nous obligent a être vigilant et a mettre en oeuvre l’ensemble des techniques acquises au fils des jours.

Toute l’équipe réussit a gagner le col au pied de l’arête sommitale. L’heure a tourné, et pour pouvoir envisager une descente sans dangers il faut que les plus fatigués d’entre nous envisagent de faire demi tour.

Je resterais pour accompagner des deux étudiants les plus en formes et aguerris techniquement pour entamer la dernière partie de l’ascension qui est une arête rocheuse longue et quelques fois effilée.

Nous gagnons le sommets après 3 heures d’effort et laissons éclater notre joie, mes deux compères sortent l’Union jack pour donner de la solennité à l’instant.

Il nous faut descendre, 5 heures seront nécessaires pour regagner le camp de base avancé, où le reste de l’équipe nous attend pour fêter cette réussite. Depuis le camp ils ont pus suivre les derniers instants de notre 

Glacier

ascension..Il a fallu nommer ce sommet avant de le faire répertorier par les autorités Kirghyzes, un consensus s’est dégager entre les étudiants pour qu’il porte le prénom de ma fille, ce serra donc Vanina Peak.

Accompagner de jeunes étudiants et leur équipe de professeurs pour une expédition en Asie Centrale était une riche expérience, l’équipe soudé s’est passionnée de montagne le temps d’un voyage.

Certaines passions sont née au cours de notre séjour.Le sentiment de réussite (être parvenu a gravir un sommet vierge) même si  il n’a été réalisé que par deux étudiants a été partagé par l’ensemble, nos deux “héros” ayant été “portés” par cette dynamique de réussite.

Un grand succès pour l’équipe des professeurs du collège Wellebeck, qui est ainsi récompensé de l’audace dont elle a fait preuve pour organiser ce voyage, et pour la confiance qu’elle m’a accordé dans l’organisation technique de cette aventure.”